Lignes directrices - Douleur au cou

Objectif: La présente directive clinique vise à fournir une prise en charge des douleurs cervicales de grades I à III et des troubles associés, y compris les troubles associés au coup de fouet cervical

Population cible: Les adultes (18 ans et plus) ayant des douleurs cervicales récentes (de 0 à 3 mois) et persistantes (de 4 à 6 mois) et des troubles associés de grades I à III. Cette directive ne couvre pas les douleurs cervicales et les troubles associés qui persistent pendant plus de 6 mois

Objectif: La présente directive clinique vise à fournir une prise en charge des douleurs cervicales de grades I à III et des troubles associés, y compris les troubles associés au coup de fouet cervical

Population cible: Les adultes (18 ans et plus) ayant des douleurs cervicales récentes (de 0 à 3 mois) et persistantes (de 4 à 6 mois) et des troubles associés de grades I à III. Cette directive ne couvre pas les douleurs cervicales et les troubles associés qui persistent pendant plus de 6 mois

Titre de la ligne directrice: Management of neck pain and associated disorders: A clinical practice guideline

Auteur(s): ​Ontario Protocol for Traffic Injury Management (OPTIMa) Collaboration

Année de publication: ​2016

Lien pour la directive complète: lien

Évaluation:

  • Effectuer une évaluation clinique afin d'écarter la possibilité que des pathologies structurelles majeures ou d'autres pathologies soient à l'origine de douleurs cervicales et de troubles associés, et classer les douleurs cervicales et les troubles associés en grade I, II ou III

    • Utiliser la Règle canadienne de la colonne cervicale pour éliminer les fractures et les luxations de la colonne cervicale associées à un traumatisme aigu

    • Orienter le patient vers le professionnel de la santé approprié s'il identifie des facteurs de risque pour des pathologies graves au cours de l'anamnèse ou de l'examen

  • Évaluer les signes neurologiques (diminution des réflexes tendineux profonds, faiblesse musculaire, déficits sensoriels)

  • Une fois la pathologie majeure écartée, classer le grade de la douleur au cou et les troubles associés en grade I, II ou III, récents ou persistants, et le patient doit recevoir l'intervention appropriée

Éducation et autogestion:

  • Éduquer et rassurer les patients sur la nature bénigne et autolimitée de l'évolution typique des douleurs cervicales et des troubles associés de grades I à III et sur l'importance de maintenir l'activité et le mouvement, y compris le retour au travail, le cas échéant

  • Partager la prise de décision avec les patients afin qu'ils discutent avec le patient de la gamme d'interventions efficaces disponibles pour la prise en charge de la douleur au cou et des troubles associés

  • Orienter le patient vers un médecin pour une évaluation plus approfondie à n'importe quel moment au cours de ses soins s'il présente des symptômes qui empirent et de nouveaux symptômes physiques et psychologiques

  • Orienter le patient vers un médecin pour une évaluation plus approfondie à n'importe quel moment au cours de ses soins s'il présente des symptômes qui empirent et de nouveaux symptômes physiques et psychologiques

  • Orienter le patient vers un médecin pour une évaluation plus approfondie à n'importe quel moment au cours de ses soins s'il présente des symptômes qui empirent et de nouveaux symptômes physiques et psychologiques

Évaluation:

  • Effectuer une évaluation clinique afin d'écarter la possibilité que des pathologies structurelles majeures ou d'autres pathologies soient à l'origine de douleurs cervicales et de troubles associés, et classer les douleurs cervicales et les troubles associés en grade I, II ou III

    • Utiliser la Règle canadienne de la colonne cervicale pour éliminer les fractures et les luxations de la colonne cervicale associées à un traumatisme aigu

    • Orienter le patient vers le professionnel de la santé approprié s'il identifie des facteurs de risque pour des pathologies graves au cours de l'anamnèse ou de l'examen

  • Évaluer les signes neurologiques (diminution des réflexes tendineux profonds, faiblesse musculaire, déficits sensoriels)

  • Une fois la pathologie majeure écartée, classer le grade de la douleur au cou et les troubles associés en grade I, II ou III, récents ou persistants, et le patient doit recevoir l'intervention appropriée

Éducation et autogestion:

  • Éduquer et rassurer les patients sur la nature bénigne et autolimitée de l'évolution typique des douleurs cervicales et des troubles associés de grades I à III et sur l'importance de maintenir l'activité et le mouvement, y compris le retour au travail, le cas échéant

  • Partager la prise de décision avec les patients afin qu'ils discutent avec le patient de la gamme d'interventions efficaces disponibles pour la prise en charge de la douleur au cou et des troubles associés

  • Orienter le patient vers un médecin pour une évaluation plus approfondie à n'importe quel moment au cours de ses soins s'il présente des symptômes qui empirent et de nouveaux symptômes physiques et psychologiques

Prise en charge des douleurs cervicales récentes et des troubles associés (grades I-II):

  • Considérez l'éducation structurée du patient en combinaison avec:

    • exercice d'amplitude de mouvement

    • soins multimodaux (exercice d'amplitude de mouvement avec manipulation ou mobilisation)

    • un court traitement de relaxants musculaires (tel qu'indiqué)

  • Considérer un programme structuré d'éducation des patients comme un complément à un programme efficace fondé sur la présentation individuelle du patient

  • N'offrez pas d'éducation structurée au patient seul, de thérapie contre les tensions, de massage de relaxation, de collier cervical, d'électroacupuncture, d'électrothérapie ou de chaleur en clinique

  • N'offrez pas ou ne recommandez pas l'acétaminophène comme intervention de routine

 

Gestion des NAD persistants (grades I-II):

  • Considérez l'éducation structurée du patient en combinaison avec:

    • exercices d'amplitude de mouvement et de renforcement, qigong, yoga

    • soins multimodaux (exercice avec manipulation ou mobilisation

    • massage clinique

    • thérapie au laser à faible intensité

    • les anti-inflammatoires non stéroïdien

N'offrez pas d'exercices de renforcement seuls, de thérapie contre la tension, de massage de relaxation, de thérapie de relaxation pour la douleur ou le handicap, d'électrothérapie, de diathermie à ondes courtes, de chaleur en clinique, d'électroacupuncture ou d'injection de toxines botuliniques

 

Gestion du récent grade III de la NA

  • Considérer l'exercice de renforcement supervisé en plus de l'éducation structurée des patients souffrant de douleurs cervicales et de troubles associés de grade III </= 3 mois de durée

  • N'offrez pas d'éducation structurée aux patientes seules, de collier cervical, de thérapie au laser de bas niveau ou de traction

 

Prise en charge des douleurs persistantes au cou et des troubles associés de grade III

  • Ne pas offrir de collier cervical

  • Les patients qui continuent d'éprouver des signes neurologiques et une incapacité plus de trois mois après une blessure devraient être référés à un médecin pour examen et prise en charge and management

 
  • Orienter le patient vers un médecin pour une évaluation plus approfondie à n'importe quel moment au cours de ses soins s'il présente des symptômes qui empirent et de nouveaux symptômes physiques et psychologiques

  • Réévaluer le patient à chaque visite pour déterminer si : (1) des soins supplémentaires sont nécessaires ; (2) l'état s'aggrave ; ou (3) le patient est rétabli

  • Les patients devraient recevoir leur congé de l'hôpital dès qu'ils signalent un rétablissement important

  • Utilisez la question de récupération auto-évaluée pour mesurer la récupération:

    • "Comment vous sentez-vous vous remettre de vos blessures ? Les options de réponse sont les suivantes : (1) complètement meilleur, (2) beaucoup amélioré, (3) légèrement amélioré, (4) aucun changement, (5) légèrement pire, (6) beaucoup pire, (7) pire que jamais

    • Les patients se déclarant " complètement mieux " ou " beaucoup mieux " devraient être considérés comme rétablis

  • Les patients qui ne se sont pas rétablis devraient continuer à suivre le cheminement de soins approprié décrit dans la présente ligne directrice et résumé ci-dessus

  • Orienter le patient vers un médecin pour une évaluation plus approfondie à n'importe quel moment au cours de ses soins s'il présente des symptômes qui empirent et de nouveaux symptômes physiques et psychologiques

  • Facebook Social Icon
  • Twitter Social Icon
  • YouTube Social  Icon
  • LinkedIn Social Icon

La PCGPC est financée par des associations provinciales, des organismes de réglementation et des associations nationales, dont l'Association chiropratique canadienne et l'Association chiropratique canadienne de protection. La PCGPC conserve son indépendance éditoriale par rapport aux bailleurs de fonds.

OnTEchU logo_transparent.png