Lignes directrices - Douleur fémoro-patellaire

Résumé des lignes directrices

English

Français

Portée et objet

  • Objectif: Cette directive fournit des recommandations concernant le diagnostic, l'examen et les interventions/traitements de la douleur fémoro-patellaire (DFP)

  • Définition: La DFP est une affection musculo-squelettique courante qui se caractérise par l'apparition insidieuse d'une douleur mal définie, localisée dans la région rétropatellaire antérieure et/ou péripatellaire du genou

  • Population cible: Les adolescents (12 ans ou plus) et les adultes atteints de DFP

  • Ciblez les utilisateurs: Kinésithérapeutes et autres spécialistes de la réadaptation

Titre de la ligne directrice: Douleur fémoro-patellaire: guide de pratique clinique lié à la Classification internationale du fonctionnement, du handicap et de la santé de l'Académie de physiothérapie orthopédique de l'Association américaine de physiothérapie

Auteur(s): Willy R, Hoglund LT, et al. 

Année de publication: 2019

Lien vers la directive complète: Lien

 

Rapports sur les recommandations

 

Niveaux de preuve

I: Données probantes tirées d'examens systématiques, d'études diagnostiques de grande qualité, d'études prospectives ou d'essais contrôlés randomisés

II: Données probantes tirées d'examens systématiques, d'études diagnostiques de moindre qualité, d'études prospectives ou d'essais contrôlés randomisés (p. ex. critères diagnostiques et normes de référence plus faibles, mauvaise randomisation, absence d'insu, suivi à moins de 80 %)

III: Études cas-témoins ou études rétrospectives

IV: Série de boîtiers

V: Opinion d'expert

Catégories de recommandations

A: Preuves solides: Une prépondérance d'études de niveau I et/ou de niveau II appuient la recommandation. Cela doit inclure au moins 1 étude de niveau I

B: Preuves modérées: Un seul essai contrôlé randomisé de haute qualité ou une prépondérance d'études de niveau II appuient la recommandation

C: Faiblesse des preuves: Une seule étude de niveau II ou une prépondérance d'études de niveaux III et IV, y compris des déclarations de consensus d'experts en la matière, appuient la recommandation

D: Preuves contradictoires:  Les études de meilleure qualité menées sur ce sujet ne sont pas d'accord quant à leurs conclusions. La recommandation se fonde sur ces études contradictoires

E: Preuves théoriques/fondamentales: Une prépondérance de données probantes provenant d'études sur les animaux ou les cadavres, de modèles ou de principes conceptuels, ou de recherches fondamentales ou de recherche de base appuient cette conclusion

F: Opinion d'expert: Meilleures pratiques fondées sur l'expérience clinique de l'équipe d'élaboration des lignes directrices

Recommandations - Diagnostic basé sur les déficiences/fonctionnalités

 
  • Utiliser la reproduction de la douleur rétropatellaire ou péripatellaire pendant l'accroupissement comme test de diagnostic du DFP. Les cliniciens doivent également utiliser l'exécution d'autres activités fonctionnelles qui sollicitent l'articulation fémoro-patellaire (AFP) en position fléchie, comme la montée ou la descente d'un escalier, comme tests de diagnostic pour le DFP

  • Faites le diagnostic de la PFP en utilisant les critères suivants:

    • La présence d'une douleur rétropatellaire ou péripatellaire ET

    • Reproduction d'une douleur rétropatellaire ou péripatellaire avec accroupissement, montée d'escalier, assise prolongée ou autres activités fonctionnelles chargeant le AFP en position fléchie ET

    • Exclusion de toutes les autres affections susceptibles de provoquer des douleurs antérieures du genou (DAG), y compris les pathologies tibiofémorales

Utiliser le test d'inclinaison rotulienne en présence d'hypomobilité pour étayer le diagnostic de la DFP

Notes

 

de la recommandation

A

 

B

 

C

 

Recommandations - Examen

 
  • Utilisez les questionnaires AKPS, KOOS-PF, VAS pour l'activité ou EPQ pour mesurer la douleur et la fonction chez les patients atteints de DFP. En outre, les médecins doivent utiliser l'EVA pour la pire douleur, l'EVA pour la douleur habituelle ou le NPRS pour mesurer la douleur. Les cliniciens doivent utiliser l'une des traductions et adaptations interculturelles dont la validité, la fiabilité et la réactivité au changement ont été démontrées pour les patients de différents pays et pour ceux qui ont besoin de questionnaires dans des langues autres que l'anglais.

  • Administrer des tests cliniques ou de terrain appropriés qui reproduisent la douleur et évaluent la coordination des mouvements des membres inférieurs, tels que l'accroupissement, la descente des marches et l'accroupissement d'une seule jambe. Ces tests permettent d'évaluer l'état de base du patient en ce qui concerne la douleur, la fonction et le handicap, la fonction globale du genou et les changements dans l'état du patient tout au long du traitement.

  • Lors de l'évaluation d'un patient atteint de DFP au cours d'un épisode de soins, évaluer la structure et la fonction du corps, y compris les mesures de la provocation rotulienne, de la mobilité rotulienne, de la position du pied, de la force musculaire de la hanche et de la cuisse et de la longueur des muscles.

Notes

de la recommandation

A

 

Notes

de la recommandation

B

 

C

 

Recommandations - Interventions

 
  • Inclure la thérapie par l'exercice avec des exercices combinés ciblant les hanches et les genoux dans le traitement des personnes atteintes de DFP afin de réduire la douleur et d'améliorer les résultats et les performances fonctionnelles déclarés par les patients à court, moyen et long terme. La thérapie d'exercices ciblant la hanche doit cibler la musculature postérieure de la hanche. La thérapie d'exercice ciblant le genou comprend des exercices avec ou sans appui (accroupissement avec résistance), car les deux techniques d'exercice ciblent la musculature du genou. La préférence pour les exercices ciblant la hanche plutôt que le genou peut être donnée aux premiers stades du traitement de la DFP. Dans l'ensemble, la combinaison d'exercices ciblant la hanche et le genou est préférée aux exercices ciblant uniquement le genou afin d'optimiser les résultats chez les patients atteints de DFP.

  • Utiliser un bandage rotulien adapté en combinaison avec une thérapie d'exercice pour aider à réduire immédiatement la douleur et pour améliorer les résultats de la thérapie d'exercice à court terme (4 semaines). Il est important de noter que les techniques de bandage peuvent ne pas être bénéfiques à long terme ou lorsqu'elles sont ajoutées à une thérapie physique plus intensive. Il n'est pas recommandé d'utiliser des bandages dans le but d'améliorer la fonction musculaire.

Notes

de la recommandation

A

 

B

 

A

 

A

 

C

 

C

 

F

 

F

 

A

 

A

 

B

 

B

 

B

 

B

 

  • Prescrire des pieds préfabriqués ou des orthèses pour les personnes ayant une pronation supérieure à la normale afin de réduire la douleur chez les personnes souffrant de DFP, mais seulement à court terme (jusqu'à 6 semaines). Si elles sont prescrites, les orthèses plantaires doivent être combinées à un programme de thérapie par l'exercice. Il n'y a pas suffisamment de preuves pour recommander des orthèses plantaires personnalisées plutôt que des orthèses plantaires préfabriquées.

  • Utiliser la rééducation de la démarche consistant en plusieurs séances de cuing pour adopter un schéma de frappe de l'avant-pied (pour les coureurs en frappe de l'arrière-pied), le cuing pour augmenter la cadence de course, ou le cuing pour réduire l'adduction maximale des hanches pendant la course pour les coureurs avec DFP.

  • Utiliser la restriction du flux sanguin et une thérapie d'exercice du genou à haute répétition, tout en surveillant les effets indésirables, pour ceux qui limitent l'extension douloureuse du genou avec résistance.

  • Utiliser l'acupuncture pour réduire la douleur chez les personnes souffrant de DFP. Toutefois, il convient d'être prudent avec cette recommandation, car on ne connaît pas la supériorité de l'acupuncture sur les traitements placebo ou les traitements fictifs. Cette recommandation ne doit être intégrée que dans les milieux où l'acupuncture fait partie du champ d'application de la physiothérapie.

  • Inclure une éducation spécifique du patient sur la gestion de la charge, la gestion du poids corporel lorsque cela est approprié, l'importance de l'adhésion à des traitements actifs comme la thérapie par l'exercice, la biomécanique qui est censée contribuer à la surcharge relative de la AFP, l'efficacité de diverses options de traitement et la kinésiophobie. L'éducation du patient peut améliorer l'observance et l'adhésion aux stratégies de gestion active et d'autogestion, et il est peu probable qu'elle ait des effets indésirables.

  • Combiner les interventions de physiothérapie pour le traitement des personnes souffrant de DFP, ce qui permet d'obtenir des résultats supérieurs à ceux obtenus sans traitement, avec des chaussures plates ou des orthèses plantaires seules, à court et moyen terme. La thérapie par l'exercice est la composante essentielle et devrait être au centre de toute approche d'intervention combinée. Les interventions à envisager en combinaison avec la thérapie par l'exercice comprennent les orthèses plantaires, les bandages rotuliens, les mobi¬lizations rotuliennes et les étirements des membres inférieurs.

Recommandations - Ne pas utiliser

  • Ne pas utiliser d'aiguilles sèches pour le traitement des personnes atteintes de DFP.

Notes

de la recommandation

  • Ne pas recourir à la thérapie manuelle, y compris la manipulation/mobilisation lombaire, du genou ou de la rotule fémorale, de manière isolée pour les patients atteints de DFP.

  • N'utilisez pas d'orthèses fémoro-patellaires du genou, y compris les appareils orthopédiques, les manchons ou les courroies, pour le traitement des personnes souffrant de DFP.

  • N'utilisez pas de biofeedback basé sur l'EMG sur l'activité des vaisseaux sanguins médians pour augmenter la thérapie d'exercices ciblés sur le genou (quadriceps) pour le traitement de la DFP.

  • Ne pas utiliser de biofeedback visuel sur l'alignement des membres inférieurs lors d'exercices ciblés sur les hanches et les genoux pour le traitement des personnes atteintes de DFP.

  • Ne pas utiliser d'agents biophysiques, y compris les ultrasons, la cryothérapie, la phonophorèse, l'iontophorèse, la stimulation électrique et le laser thérapeutique, pour le traitement des patients atteints de DFP.

  • Facebook Social Icon
  • Twitter Social Icon
  • YouTube Social  Icon
  • LinkedIn Social Icon

La PCGPC est financée par des associations provinciales, des organismes de réglementation et des associations nationales, dont l'Association chiropratique canadienne et l'Association chiropratique canadienne de protection. La PCGPC conserve son indépendance éditoriale par rapport aux bailleurs de fonds.

OnTEchU logo_transparent.png