Meilleures pratiques pour la télésanté/nominations virtuelles

La télésanté dans les soins aux patients

 

La télésanté désigne "la prestation de services de soins de santé, où la distance est un facteur critique, par tous les professionnels de la santé utilisant [les technologies de communication] pour l'échange d'informations valables pour le diagnostic, le traitement et la prévention des maladies et des blessures, la recherche et l'évaluation, et pour la formation continue des prestataires de soins de santé, le tout dans le but de faire progresser la santé des individus et de leurs communautés"[1].

Télésanté et soins de santé musculo-squelettiques 

 

Les affections musculo-squelettiques sont les principales causes d'invalidité dans le monde[2]. Il est prouvé que la réadaptation par la télésanté en temps réel (vidéoconférence) et les interventions par téléphone sont efficaces pour améliorer la douleur et le fonctionnement des personnes souffrant de problèmes de colonne vertébrale, d'arthrose et d'autres affections musculo-squelettiques[3-6]. L'exclusion de pathologies graves et la mise en place de stratégies d'éducation, d'exercice et d'autogestion sont des mesures de première ligne essentielles pour les affections musculo-squelettiques. De nombreux guides de pratique clinique recommandent que cette prise en charge de première ligne soit efficace pour améliorer la fonction, faciliter la récupération et maximiser l'autonomie. Les patients et les soignants ont démontré qu'ils étaient satisfaits de la commodité, de l'utilité et des avantages perçus de la télésanté[7]. Grâce à leur formation et à leur expérience, ainsi qu'à un certain nombre d'options fondées sur des preuves dans le cadre de la pratique chiropratique, les chiropraticiens peuvent avoir un impact positif sur la santé des personnes, même en l'absence d'évaluation pratique ou de thérapie manuelle.

Éléments fondamentaux de la télésanté

  • Destinée à la prestation de services de santé. La prestation doit être professionnelle, ciblée et s'inscrire dans le cadre de la pratique, comme pour les services en personne.

  • Destinée à surmonter les obstacles géographiques, de transport et d'éloignement physique.

  • Diverses technologies de l'information et de la communication (TIC) peuvent être utilisées (par exemple, le téléphone, l'internet, les téléphones portables, la vidéoconférence, la réalité virtuelle)[1].

Considérations clés pour la prestation de services de télésanté

  • Exigences relatives à l'emplacement du patient et du clinicien : privé, calme, bon éclairage pour la vidéoconférence, électronique chargée, méthode d'étayage du dispositif de vidéoconférence de manière à ce que tout le corps soit en vue (par exemple, pour pouvoir faire une démonstration et revoir des exercices).

  • Exigences technologiques du patient et du clinicien : électronique chargée, vitesse de connexion, puissance du signal, écouteurs sans fil ou haut-parleurs d'ordinateur pour continuer à communiquer pendant la démonstration ou la révision des exercices. Élaborer un plan d'urgence avec le patient en cas de problèmes technologiques (par exemple, avoir le numéro de téléphone du patient à portée de main pour poursuivre la visite de télésanté en cas de perturbation due à des problèmes technologiques).

  • Exigences relatives aux accessoires du patient : vêtements amples pour les mouvements, vêtements courts/amovibles pour l'inspection visuelle, espace et revêtement de sol pour la prescription d'exercices.

  • Exigences relatives aux accessoires du clinicien : documentation contemporaine, y compris consentement éclairé, espace et revêtement de sol pour la prescription d'exercices, accès aux documents d'appui tels que les instructions illustrées ou vidéo.

  • Considérations uniques en matière de consentement à la télésanté : vérification de l'identité des nouveaux patients, limites de l'examen, droit à la vie privée, droit de refus, risques, divulgation par le clinicien et consentement du patient si l'examen est enregistré.

  • Coordonnées des personnes à contacter en cas d'urgence : le clinicien doit s'assurer qu'il dispose des coordonnées du patient en cas d'urgence et que personne n'est avec le patient pour contacter les services d'urgence

  • Envisagez de développer une vidéo de soins pré-virtuels que le patient pourra visionner avant l'évaluation afin qu'il soit préparé à la consultation et qu'il puisse savoir à quoi s'attendre

 
 

Parmi les recommandations fondées sur des données probantes qui peuvent être fournies par la télésanté, citons [8-11]

Veiller à ce que les soins soient centrés sur le patient.

  • Utiliser une approche biopsychosociale des soins qui tienne compte du contexte de chaque patient.

  • Écouter attentivement les préoccupations, les objectifs de santé, les valeurs et les préférences des patients.

  • Communiquer efficacement et participer à la prise de décision partagée avec le patient.

Dépistage des facteurs de risque de pathologie grave ("drapeaux rouges").

  • Effectuer un historique complet.

  • Si des facteurs de risque sont présents, orientez le patient vers le prestataire ou les services de santé appropriés.

  • Les exemples incluent la suspicion d'infection, de malignité, de fracture, de causes inflammatoires de la douleur, de déficit neurologique grave et progressif (y compris le syndrome de cauda equina) et d'affections graves qui peuvent se présenter sous forme de douleurs musculo-squelettiques (par exemple, un anévrisme de l'aorte).

Évaluer les obstacles au rétablissement (facteurs psychosociaux ou "drapeaux jaunes").

  • Dépister les symptômes d'anxiété et de dépression, les troubles du sommeil, la peur/kinésiophobie catastrophique, les attentes de rétablissement et les attentes de traitement passif. Les patients présentant ces résultats peuvent nécessiter une prise en charge conjointe ou une orientation.

  • Soyez conscient du contexte du patient - les drapeaux jaunes peuvent s'aggraver en période de crise et/ou exacerber davantage la douleur (voir les exemples d'outils d'évaluation). 

  • Aborder les obstacles modifiables :

    • Éduquez et rassurez les patients sur la nature bénigne et autolimitante de leur état musculo-squelettique et sur l'importance de maintenir une activité et un mouvement.

    • Rassurer les patients en leur expliquant qu'il est normal de ressentir de l'anxiété, de la détresse ou de la colère.

    • Écouter les préoccupations du patient, en discuter et adapter son plan de soins en conséquence.

 

Effectuer un examen clinique.

  • Effectuer un entretien médical approfondi.

  • Utiliser des questionnaires et des mesures de résultats valides et fiables (voir les exemples de PDF à remplir).

  • Effectuer un examen physique. Bien qu'il y ait des limites à l'absence d'examen physique pratique possible avec la télésanté, un examen virtuel modifié peut permettre de donner une impression clinique et d'entamer un plan de traitement initial. Un examen virtuel modifié peut inclure :

    • Observer l'apparence et l'état émotionnel du patient (par exemple, le patient a-t-il l'air bien, mal soigné, inquiet, bien reposé, intoxiqué ; signes de traumatisme physique)

    • Observer la posture, l'amplitude de mouvement, les schémas de mouvement et la force musculaire du patient selon les directives du clinicien (par exemple, montrer au patient comment parcourir les amplitudes de mouvement).

      • Peut être réalisé avec des mouvements fonctionnels (marche, accroupissement, position debout à partir de la position assise, extension, marche talon/pointe, mouvements des membres).​

    • Demander au patient de s'autopalper ou de s'auto-examiner sous votre direction. Vous pouvez envoyer des photos ou des vidéos d'instruction pour faciliter cette démarche.

    • Vous pouvez recommander au patient qu'il puisse être utile qu'un membre de sa famille soit présent pendant l'examen avec le consentement du patient (en cas de chute du patient, etc.). Vous pouvez demander un numéro de contact d'urgence (par exemple, celui d'un membre de la famille vivant avec le patient ou d'un voisin).

  • Une fois qu'une pathologie majeure a été écartée, et sur la base de l'entretien et de l'examen physique modifié, vous pouvez classer l'état du patient en mettant l'accent sur une impression clinique plutôt que sur un diagnostic franc (par exemple, douleur non spécifique du cou ou du dos, tension des épaules).

Fournir aux patients une éducation/information sur leur état et les stratégies d'autogestion.

  • Communiquez votre impression clinique.

  • Communiquer les progrès apparents du patient lors des visites ultérieures.

  • Communiquez vos recommandations.

  • Promouvoir une compréhension commune et une prise de décision partagée concernant le plan de soins du patient.

 

 

Aborde la question de l'activité physique et de l'exercice.

  • Prescrire l'exercice (par exemple, maintien des activités habituelles, mobilité, amplitude de mouvement, étirements, renforcement, exercices aérobies ou généraux).

  • Démontrer et/ou observer l'exécution de l'exercice.

  • Fournir des références écrites, visuelles ou vidéo sur les exercices (voir exemples).

Aborder les stratégies d'autogestion de soutien et les facteurs contribuant à l'expérience du patient.

  • Informer les patients sur les mesures de santé publique liées à la pandémie actuelle (telles que définies par les autorités sanitaires nationales et provinciales).

  • Éduquer les patients sur les stratégies d'autogestion, telles que :

    • Promouvoir des comportements de vie sains (par exemple, activité, nutrition, sommeil) / modification du comportement. 

    • Stratégies d'adaptation active à la douleur, à l'anxiété, au stress et aux symptômes dépressifs.

    • Traiter les troubles du sommeil.

    • Enseigner des pratiques de pleine conscience.

      • Diriger les patients vers diverses ressources (youtube, applications (Insight Timer, Calm etc...)​

    • Enseigner des activités de stimulation.

    • Aider les patients à trouver des programmes de soutien social en ligne.

  • Aider les patients à s'autogérer grâce à des techniques telles que la thérapie cognitivo-comportementale (TCC) et l'entretien motivationnel si le chiropraticien est formé à ces approches (ou orienter les patients vers d'autres prestataires de soins de santé qualifiés pour fournir ces services).

  • Fournir des ressources (voir exemples).

  • De nombreuses composantes comportementales de l'autogestion sont non seulement potentiellement utiles pour gérer la douleur et les troubles musculo-squelettiques, mais aussi probablement pour la détresse émotionnelle liée à la pandémie actuelle.

Surveiller les progrès du patient.

  • Rappelez aux patients de vous contacter ou de contacter un autre prestataire de soins si certains signes et symptômes (signaux d'alerte) se produisent (voir les documents remis aux patients à titre d'exemple).

  • Demandez au patient la permission de le suivre comme il se doit (suggérez des délais).

  • Évaluez les progrès du patient à l'aide de mesures de résultats validées (voir exemples). Ces mesures comprennent l'intensité de la douleur, le fonctionnement, la qualité de vie et l'auto-évaluation du rétablissement.

 

Orientations pour le retour à la pratique pendant COVID-19

 

Clause de non-responsabilité

Ce guide ne fournit que des informations de base. Elles ne sont pas destinées à remplacer un avis médical, un diagnostic ou un traitement. Veuillez consulter régulièrement les sites web de santé publique nationaux, régionaux et locaux, ainsi que les sites web de réglementation régionale pour obtenir d'autres informations actualisées.

Orientations pour la réouverture des pratiques de soins de santé

 

Les professionnels de la santé doivent tenir compte des informations suivantes pour décider quels services ils peuvent reprendre en toute sécurité en personne, guidés par les meilleures preuves et avec des contrôles de danger appropriés, un EPI suffisant, et quels services doivent continuer à être fournis à distance :

Exigences opérationnelles COVID-19 du ministère de la santé : Redémarrage du secteur de la santé

Exigences applicables aux prestataires de soins de santé (professionnels de la santé réglementés ou personnes qui exercent en groupe des professionnels de la santé réglementés

Traduit avec www.DeepL.com/Translator (version gratuite)

Dépistage des patients pour COVID-19

Tous les établissements de santé devraient procéder à un dépistage actif et passif avant de recevoir leurs patients:

  1. Dépistage actif:

    • par téléphone avant de prendre rendez-vous ​

    • Lors de l'entrée dans l'établissement de santé 

  2. Le dépistage passif:​

    • Signalisation aux points d'entrée de l'établissement et à la réception​

    • les messages de filtrage communiqués sur les boîtes vocales et les sites web 

Si un patient présente d'éventuels symptômes COVID-19 (lien avec les symptômes), il doit être considéré comme ayant un dépistage positif. 

Symptômes possibles du COVID-19

 

Les symptômes les plus courants sont  les suivants: 

  • toux  

  • fièvre 

  • la difficulté à respirer 

  • une pneumonie dans les deux poumons 

D'autres symptômes peuvent également apparaître:

  • frissons

  • fatigue

  • mal de tête 

  • mal de gorge

  • nez qui coule

  • nez bouché ou congestionné 

  • perte de l'odorat ou du goût

  • voix rauque

  • difficulté à avaler

  • problèmes digestifs (nausées/vomissements, diarrhée, douleurs d'estomac

  • présence d'éruptions cutanées et de lésions rouges/violettes sur les doigts et les orteils 

  • pour vos enfants et nourrissons : lenteur ou manque d'appétit 

 

Dépistage positif - que faire ?

 

Si un patient obtient un résultat positif avant son rendez-vous, il doit être invité à prendre un nouveau rendez-vous lorsqu'il ne présente plus de symptômes et que la période de 14 jours n'est pas écoulée.

Un patient dont le test de dépistage est positif doit être conseillé:   

  • de s'isoler pendant au moins 14 jours (cliquez ici pour une vidép informative)

  • Remplir un outil provincial d'auto-évaluation en ligne pour déterminer si un test COVID-19 est nécessaire

  • Consultez les ressources provinciales en matière de télésanté pour plus d'informations

  • Appelez le 911 si vous êtes gravement malade et avez besoin de soins médicaux immédiats

 

Veuillez vous adresser à vos associations provinciales pour obtenir des informations plus détaillées.

Conseils aux patients pour aider à prévenir la propagation de COVID-19

 

Les patients doivent veiller à pratiquer une bonne hygiène:

  • s'éloigner physiquement d'au moins 2 mètres

  • Minimiser les contacts avec les personnes malades

  • Évitez de vous toucher les yeux, le nez et la bouche

  • Restez à la maison lorsque vous êtes malade

  • Couvrez votre toux ou votre éternuement avec un mouchoir en papier, puis jetez le mouchoir à la poubelle

  • Se laver les mains fréquemment pendant au moins 20 secondes

  • Nettoyer et désinfecter les objets et surfaces fréquemment touchés en utilisant un spray ou une lingette de nettoyage ménager ordinaire

  • Si vous pensez être atteint de COVID-19, appelez avant de consulter votre médecin

Utilisation d'équipements de protection individuelle (chiropracteurs, patients, personnel de bureau)

 

L'utilisation judicieuse des équipements de protection individuelle (EPI) est basée sur une évaluation des risques au point de service (EPR) que chaque travailleur de la santé doit effectuer avant chaque interaction avec un patient. L'EPR n'est pas un concept nouveau ; elle est déjà effectuée quotidiennement par les travailleurs de la santé de toutes les disciplines pour leur propre sécurité et celle de leurs clients. La PCRA est un processus systématique d'examen des activités professionnelles, d'évaluation des dangers et des risques possibles et de mise en œuvre de mesures de contrôle durables. [12, 13]

Un élément essentiel de la stratégie PCRA est constitué par les procédures de dépistage actives et passives. Pratiquez le dépistage actif par téléphone, avant de prendre rendez-vous et à l'entrée de la clinique. Les patients doivent également avoir accès à un outil d'auto-évaluation avant d'arriver à la clinique. Pratiquez le dépistage passif par le biais de messages sur les boîtes vocales et les sites web. Un panneau à l'entrée demandant aux patients de s'auto-évaluer, de mettre un masque et de rediriger s'ils sont à risque est également un dépistage passif. [14, 15]

Tous les patients devraient avoir accès à du désinfectant pour les mains, à des mouchoirs en papier et à une poubelle pour leurs mouchoirs en papier usagés à leur point d'accès principal. Ce point peut être situé à l'entrée principale ou à l'entrée des salles de traitement, ou les deux. [14]

Le personnel doit porter des masques de procédure à tout moment s'il est en contact direct avec les patients ou s'il ne peut maintenir une distance sociale suffisante avec les patients ou les collègues de travail. Ces masques doivent être immédiatement retirés et jetés lorsqu'ils sont mouillés ou après avoir soigné un patient dont l'affection grippale est confirmée ou suspectée. [16]

Les patients, les clients et les visiteurs qui ne font pas de dépistage à risque et qui se trouvent dans un espace partagé à une distance supérieure à 2 mètres les uns des autres peuvent ne pas avoir besoin d'EPI. [16,17]

Toute interaction entre un patient et une personne présentant une COVID-19 suspectée ou confirmée nécessite, au minimum, des précautions en matière de contact et de gouttelettes (gants, écrans faciaux ou lunettes de protection, blouses, masques de procédure). Si vous travaillez à moins de 2 mètres d'un cas suspecté ou confirmé de COVID-19, l'EPI comprend l'utilisation d'un respirateur N95 ou supérieur approuvé par le NIOSH, des gants, un écran facial ou des lunettes de protection avec protection latérale, et des blouses résistantes aux fluides.

Ressource : Approvisionnement en équipements de protection individuelle pendant la pandémie COVID-19

Assainissement et hygiène

 

Il convient d'adopter les principes de base de la lutte contre les infections : En plus de l'utilisation des EPI (décrits ci-dessus), cela implique de mettre l'accent sur l'hygiène des mains. Il faut se laver les mains souvent pendant au moins 20 secondes à l'eau et au savon. L'hygiène des mains doit être effectuée après chaque interaction avec le patient et lorsque celui-ci quitte l'environnement de soins. Si le patient porte un masque d'intervention ou un autre EPI, le lavage des mains doit être effectué après avoir retiré l'EPI. Encouragez les patients à se laver les mains (avec de l'eau et du savon ou du désinfectant pour les mains) à leur arrivée et avant leur départ. [12, 19-22]

Les tables d'ajustement chiropratiques diffèrent des tables d'examen traditionnelles et représentent une considération particulière car les patients sont allongés sur le ventre, le visage sur une pièce faciale et les mains en contact avec les repose-mains de la table. Les tables doivent être recouvertes d'un matériau non poreux tel que le vinyle. Après chaque interaction du patient sur la table, le papier facial doit être retiré de la pièce faciale afin que celle-ci soit exposée. Appliquez ensuite une solution désinfectante sur toute la surface, y compris les appuie-tête, les éléments structurels, la pièce thoracique, les crevasses entre les pièces de la table et les repose-mains. Un désinfectant approuvé de qualité hospitalière doit être utilisé et les recommandations du fabricant doivent être suivies. Le matériel et l'équipement utilisés pour nettoyer et désinfecter doivent être jetables. [17, 24, 25]

Toutes les zones occupées par les patients doivent être nettoyées et désinfectées. Toutes les surfaces visiblement souillées doivent être nettoyées avant d'être désinfectées. Une attention particulière doit être accordée aux surfaces à forte sollicitation, tant dans les espaces réservés aux patients que dans les espaces communs (par exemple, les poignées de porte, les accoudoirs de chaise, la réception, les surfaces des salles de bain). [15, 17]

La distanciation physique

 

Reconfigurer les espaces cliniques (zones de traitement, salles d'attente, zones administratives), modifier les horaires du personnel et les pratiques de réservation des patients afin de permettre une adhésion maximale à l'éloignement physique et aux directives régionales de santé publique. Il faut veiller à minimiser le risque de propagation aux personnes âgées, aux personnes souffrant de maladies concomitantes et aux autres populations à risque. Cela peut inclure des stratégies de programmation préférentielle. [26, 27]

 

Les patients dont le dépistage actif ou passif fait suspecter la présence de COVID-19 doivent être invités à suivre les instructions des responsables de la santé publique, y compris à rester chez eux. Les rendez-vous doivent être reportés à une date ultérieure. [27, 28]

Zones d'attente

 

Les réservations des patients doivent être programmées de manière à ce que pas plus de 10 patients ne soient réunis dans les zones d'attente. Si les patients doivent se présenter avec des enfants ou d'autres membres de leur famille, ces personnes doivent être incluses dans le nombre maximum de personnes autorisées dans la zone.

 

Si des erreurs de programmation entraînent la présence de plus de 10 personnes, il convient de prévoir des zones d'attente alternatives. Des solutions alternatives à l'attente dans le bureau doivent être envisagées, comme demander aux personnes d'attendre dans leur véhicule et d'envoyer des messages textes ou d'appeler lorsque les rendez-vous sont prêts.

 

Tous les articles non essentiels doivent être retirés des zones d'attente des patients, y compris les magazines, les jouets et les télécommandes.

Autres mesures à envisager

 

Tous les travailleurs et le personnel de santé doivent être conscients des signes et symptômes précoces d'une infection respiratoire aiguë (comme la fièvre, la toux, l'essoufflement) et doivent effectuer une surveillance à domicile. Tout travailleur de la santé, membre du personnel ou bénévole présentant des symptômes d'infection respiratoire ne doit pas venir travailler. [17]

Rappelez à tous les patients de se couvrir le nez et la bouche lorsqu'ils toussent ou éternuent avec un mouchoir en papier ou avec leur coude. [14, 17]

Utiliser des équipements à usage unique au lieu d'équipements partagés lorsque cela est possible (par exemple, des bandes thérapeutiques au lieu de poids pour les mains). Réduire l'utilisation d'articles partagés à haute sensibilité lorsque cela est possible (par exemple, stratégies telles que l'augmentation des limites de crédit sur les machines de point de vente, l'autorisation de paiement en ligne pour les services applicables, la diminution de l'utilisation des devises en espèces et par chèque, l'utilisation de casques téléphoniques pour les chanteurs si possible, l'utilisation de la communication numérique au lieu de l'impression lorsque cela est approprié). Réduire au minimum les effets personnels sur le lieu de travail. [17, 29]

Les travailleurs de la santé sont encouragés à appeler leur unité locale de santé publique s'ils ont connaissance d'un patient qui s'est rendu dans leur clinique et qui est maintenant testé (ou a été testé) positif au COVID-19. [17]

Références

  1. Organization WH. A health telematics policy in support of WHO's Health-For-All strategy for global health development: report of the WHO group consultation on health telematics, 11-16 December, Geneva, 1997. 1998. https://apps.who.int/iris/bitstream/handle/10665/63857/WHO_DGO_98.1.pdf?sequence=1&isAllowed=y (accessed April 6, 2020).

  2. Disease GBD, Injury I, Prevalence C. Global, regional, and national incidence, prevalence, and years lived with disability for 328 diseases and injuries for 195 countries, 1990-2016: a systematic analysis for the Global Burden of Disease Study 2016. Lancet 2017;390(10100):1211-59. doi: 10.1016/S0140-6736(17)32154-2 [published Online First: 2017/09/19]

  3. Cottrell MA, Galea OA, O'Leary SP, et al. Real-time telerehabilitation for the treatment of musculoskeletal conditions is effective and comparable to standard practice: a systematic review and meta-analysis. Clin Rehabil 2017;31(5):625-38. doi: 10.1177/0269215516645148 [published Online First: 2016/05/04]

  4. Kairy D, Lehoux P, Vincent C, et al. A systematic review of clinical outcomes, clinical process, healthcare utilization and costs associated with telerehabilitation. Disabil Rehabil 2009;31(6):427-47. doi: 10.1080/09638280802062553 [published Online First: 2008/08/23]

  5. Grona SL, Bath B, Busch A, et al. Use of videoconferencing for physical therapy in people with musculoskeletal conditions: A systematic review. J Telemed Telecare 2018;24(5):341-55. doi: 10.1177/1357633X17700781 [published Online First: 2017/04/14]

  6. O'Brien KM, Hodder RK, Wiggers J, et al. Effectiveness of telephone-based interventions for managing osteoarthritis and spinal pain: a systematic review and meta-analysis. PeerJ 2018;6:e5846. doi: 10.7717/peerj.5846 [published Online First: 2018/11/07]

  7. Orlando JF, Beard M, Kumar S. Systematic review of patient and caregivers' satisfaction with telehealth videoconferencing as a mode of service delivery in managing patients' health. PLoS One 2019;14(8):e0221848. doi: 10.1371/journal.pone.0221848 [published Online First: 2019/08/31]

  8. Lin I, Wiles L, Waller R, et al. What does best practice care for musculoskeletal pain look like? Eleven consistent recommendations from high-quality clinical practice guidelines: systematic review. Br J Sports Med 2020;54(2):79-86. doi: 10.1136/bjsports-2018-099878 [published Online First: 2019/03/04]

  9. Cote P, Heather H, Ameis A, et al. Enabling recovery from common traffic injuries: A focus on the injured person. 2015. https://www.fsco.gov.on.ca/en/auto/Documents/2015-cti.pdf (accessed April 6, 2020).

  10. Bussieres AE, Stewart G, Al-Zoubi F, et al. Spinal Manipulative Therapy and Other Conservative Treatments for Low Back Pain: A Guideline From the Canadian Chiropractic Guideline Initiative. J Manipulative Physiol Ther 2018;41(4):265-93. doi: 10.1016/j.jmpt.2017.12.004 [published Online First: 2018/04/03]

  11. Bussieres AE, Stewart G, Al-Zoubi F, et al. The Treatment of Neck Pain-Associated Disorders and Whiplash-Associated Disorders: A Clinical Practice Guideline. J Manipulative Physiol Ther 2016;39(8):523-64 e27. doi: 10.1016/j.jmpt.2016.08.007 [published Online First: 2016/11/12]

Dernière mise à jour le 12 mai 2020

  • Facebook Social Icon
  • Twitter Social Icon
  • YouTube Social  Icon
  • LinkedIn Social Icon

La PCGPC est financée par des associations provinciales, des organismes de réglementation et des associations nationales, dont l'Association chiropratique canadienne et l'Association chiropratique canadienne de protection. La PCGPC conserve son indépendance éditoriale par rapport aux bailleurs de fonds.

OnTEchU logo_transparent.png